Prince Henri Auditoire 02 BW

Interview de M. Gaston Reinesch, Président de la BCL, donnée au Paperjam, le 22 avril 2020

Interview PaperJam - 22.04.2020

Comment la BCL poursuit ses activités pendant le confinement 


Journaliste: Laura Fort

La Banque centrale du Luxembourg se doit d’assurer la continuité de toutes ses activités pour garantir le bon fonctionnement des transactions et de l’économie. Gaston Reinesch, son président, explique comment l’institution fonctionne dans le contexte actuel.

Les activités de la Banque centrale du Luxembourg (BCL) sont cruciales pour la bonne marche de l’économie.

La BCL doit ainsi veiller à ce que les opérations de politique monétaire (soit les opérations de crédit aux banques, ainsi que les achats de titres publics et privés) se poursuivent durant la période de confinement, tout comme la gestion des garanties, des systèmes de paiement, de la surveillance des liquidités, de la distribution des billets et pièces , ou encore du secrétariat du Comité du risque systémique.

Pour ce faire, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a pris une série de mesures que les banques centrales nationales de la zone euro, dont la Banque centrale du Luxembourg, doivent mettre en œuvre.

«Ces décisions, d’une ampleur sans précédent, ont été prises afin d’alimenter les banques en liquidités et de maintenir une courbe des taux d’intérêt favorable, le tout, entre autres, pour inciter les banques à prêter des fonds aux entreprises et aux ménages en volume suffisant et à des conditions attrayantes», explique à Paperjam Gaston Reinesch, président de la Banque centrale du Luxembourg.

Le 24 juin 2020, l’Eurosystème (les 20 banques centrales réunies) proposera par ailleurs aux banques européennes une nouvelle «opération de refinancement à plus long terme ciblée». «Ce type d’opération vise à stimuler l’octroi de crédits par les banques à l’économie réelle en leur proposant des taux d’intérêt extrêmement bas, à condition qu’elles octroient suffisamment de prêts aux entreprises non financières et aux ménages. Les crédits immobiliers sont exclus de ce mécanisme», précise Gaston Reinesch.

Achats d’actifs

Dans ce contexte, les équipes opérationnelles de la BCL sont particulièrement sollicitées, notamment pour les achats d’actifs de l’Eurosystème.

«C’est ainsi, par le biais du programme d’achat d’actifs du secteur public et du nouveau programme d’achat d’urgence lié à la pandémie (Pandemic Emergency Purchase Programme – PEPP), d’un montant de 750 milliards d’euros, que la BCL fait l’acquisition de titres émis par l’État luxembourgeois», note Gaston Reinesch.

Ce programme a été mis en place le 18 mars par la BCE . En mars 2020, la valeur des titres souverains luxembourgeois détenus par l’Eurosystème s’élevait à 2,86 milliards d’euros.

Hors programmes d’achat, l’encours des liquidités procurées par la BCL à des banques de la Place s’élève actuellement à quelque 8 milliards d’euros.

La BCL a également dû s’adapter rapidement aux ajustements apportés aux règles régissant l’utilisation des garanties déposées auprès d’elle par ses contreparties, ou «collatéral». Lorsque les banques commerciales souhaitent trouver un financement auprès de la Banque centrale, elles doivent déposer des garanties. Il existe pour cela une liste des actifs acceptés en garantie, appelés actifs éligibles. Dans le contexte actuel, les garanties sont assouplies pour permettre d’élargir l’accès des banques au crédit.

«Je noterais au passage que la BCL assume la responsabilité de déterminer l’éligibilité de quelque 25% des 25.000 titres utilisables en tant que collatéral au sein de l’Eurosystème, quelque 20% en termes de valeur. Ces chiffres sont sans commune mesure avec notre clé de participation dans l’Eurosystème, qui se situe autour de 0,33% seulement», signale Gaston Reinesch.

Veiller au bon fonctionnement des systèmes de paiement fait également partie des responsabilités de l’institution.

Une tâche particulièrement sensible en temps de crise: «La composante nationale de Target 2, le système de paiement de l’Eurosystème utilisé par les banques centrales et les banques commerciales pour exécuter en temps réel les paiements en euros de montants élevés, est opérée sous la responsabilité de la BCL. Les participants ont émis en moyenne une valeur de près de 64 milliards d’euros par jour pendant le premier trimestre 2020», déclare Gaston Reinesch.

Contacts permanents

La grande majorité des 410 agents de la BCL travaillent à partir de leur domicile, et une cellule de crise a été créée pour aborder les questions d’ordre sanitaire, informatique et logistique.

«Seules certaines activités doivent encore être menées à bien in situ, dont l’informatique, l’intendance, ou encore la distribution des billets et des pièces. Personnellement, je me rends à la Banque de manière journalière. Mon secrétariat, ainsi que les différentes sections du bureau du gouverneur, assure une permanence, sur une base rotative. Les présences physiques se font dans des conditions sanitaires et de distanciation très strictes», ajoute Gaston Reinesch.

La direction de la BCL fait un point de situation quotidien par téléconférence, et transmet les informations majeures à l’ensemble du personnel tous les vendredis.

La BCL est par ailleurs en contact permanent avec la BCE. «Pour ce qui est du conseil des gouverneurs, outre les réunions par téléconférence prévues toutes les deux semaines, nous avons recours à des téléconférences supplémentaires afin d’assurer des échanges permanents. Les échanges au sein du Mécanisme de surveillance unique, où la BCL est également représentée, se sont aussi démultipliés. Les comités et groupes de travail de l’Eurosystème, qui préparent les décisions du conseil des gouverneurs et font le suivi de leur exécution, ont également travaillé d’arrache-pied», affirme Gaston Reinesch.

La BCL maintient aussi des contacts étroits avec le Comité européen du risque systémique et la Banque des règlements internationaux.

L’institution met en outre l’accent sur la communication interne. «En sus d’un espace virtuel à usage professionnel, nous avons mis en place un espace virtuel de nature sociale séparé, qui vise à favoriser une interaction plus informelle entre les membres du personnel. Nous estimons que les aspects sociaux sont indispensables au bon fonctionnement des équipes, qui, en cette période de travail intense, opèrent à distance. En cette phase de crise, pendant laquelle les travaux de la Banque se sont approfondis et amplifiés, j’aimerais profiter de cette occasion pour remercier l’ensemble du personnel de la BCL pour son engagement sans faille», souligne Gaston Reinesch.